Cherche adopter un mec


EnFlorent Steiner et Manuel Conejo [3]cherche adopter un mec amis d'enfance, ont l'idée de créer un site qui décomplexerait la rencontre et donnerait le pouvoir aux femmes. L'exposition, dure cherche adopter un mec jours et suscite un large intérêt de la part des médias français [7] et internationaux [8][9].

On y trouve alors de vrais hommes, initialement utilisateurs du site, poser dans des cartons géants dans le style des poupées Barbie.

Adopte un Mec : Test & Avis

La campagne a été primée au Grand Prix Stratégies de la communication événementielle en [11]. Le 4 juilletla société AdopteUnMec est radiée du registre du commerce [12].

cherche adopter un mec

En cherche adopter un mec, le site français AdopteUnMec. Concept[ modifier modifier le code ] Le site offre un accès gratuit pour les femmes, payant pour les hommes.

vacances rencontre celibataire

Stratégie marketing[ modifier modifier le code ] La société s'est faite connaître en reprenant sur un ton revendiqué humoristique les codes du commerce électronique et du luxe. Publicités[ modifier modifier le code ] AdopteUnMec.

site de rencontres alpes maritimes

Ainsi enles barbus [20] ou encore les roux [21] sont mis en avant dans des spots publicitaires non sans rappeler ceux de L'Oréal. Enle site met en avant le potentiel "câlin" des hommes par une campagne faisant poser ses mannequins avec des oursons [22] et autres animaux. Enla notoriété d'AdopteUnMec.

Il passe à 9,4 millions d'euros sur l'exercice — [11]puis à 16,1 millions d'euros sur l'exercice — [25]. La société Geb Adoptaguy a réalisé au 31 mars un chiffre d'affaires de 23 euros et dégagé un résultat net de 14 euros.

Adopte Un Mec, histoire d’un site de rencontre

Les comptes récents ne sont pas cherche adopter un mec. Critiques et polémiques[ modifier modifier le code ] Le site a été vivement critiqué depuis sa création pour ses positions et slogans considérés par certains comme sexistes, à la fois envers les femmes et les hommes [28]. L'association Osez le féminisme! Quant aux hommes, ils sont traités comme de vulgaires marchandises, participant à une tendance générale de marchandisation des corps et des êtres humains.